Vide juridique au Kasaï central. Le député Lubaya sollicite l’arbitrage impartial du Chef de l’État.

Vide juridique au Kasaï central. Le député Lubaya sollicite l’arbitrage impartial du Chef de l’État.

Depuis la démission forcée du gouverneur Martin Kabuya (photo ci-haut) suivi de la mort inopinée de son vice-gouverneur assumant son intérim, le Kasaï Central est orphelin, abandonné et loin des regards des autorités nationales. Dans une communication bien pensée au titre significatif « Mes inquiétudes », le député national élu de Kananga, Claudel André Lubaya y revient avec de mots et de larmes. Au Kasaï Central, :  « Depuis, plus rien ne va. Sur fond d’extrême pauvreté, les démons de la division refont surface et ne se gênent plus. Les tensions naissent entre communautés et s’amplifient. L’insécurité s’intensifie dans toutes les contrées. Le désespoir s’installe pendant que la Province s’enlise. L’administration publique est paralysée. Le gouvernement intérimaire tétanisé et privé des moyens politiques et financiers. L’assemblée provinciale impayée, divisée, dispersée et livrée à la merci du plus offrant, elle s’est détournée de ses missions constitutionnelles; certains de ses membres ayant préféré retourner à des tâches extraparlementaires à la quête de la survie. Ce qui accroît mes inquiétudes. » Tableau sombre et inquiétant qui a plongé la province dans l’instabilité et dans l’incertitude, le désespoir et le dénuement avec le phénomène « Kamwena Nsapu » qui exige une thérapie de choc : le retour à l’ordre constitutionnel à travers le droit qui doit être dit « Au-delà des passions et des intérêts égoïstes» Contrairement à d’autres voix qui prônent un passage en force, avec l’organisation de nouvelles élections, le député national Claudel Lubaya, en légaliste et sagesse oblige, ne trouve pas d’autres voies pour taire les frustrations et la haine que celle de recourir à l’arbitrage impartial du Chef de l’État. Il fait appel au bon sens afin d’éviter d’attiser la haine et appelle ses frères et sœurs du Kasaï Central au sens élevé de responsabilité pour préserver (notre) vivre ensemble au regard des défis à relever. C’est un cri du cœur à prendre avec tout le sérieux avec cette invitation du chef de l’État à inscrire le cas KasaÏ Centrale dans ses priorités. Envisageons un seul instant que le Chef de l’État visite le Kasaï Central, il se posera le problème de préséance dans son accueil et dans son agenda de travail. Voilà pourquoi l’heure est grave et le temps presse.

Pour rappel, le Collectif des Gouverneurs de provinces de la RDC, reçu le 12 novembre 2020 par le Chef de l’État déclarait que tous les Gouverneurs de province faisaient face à l’insécurité juridique, aux évictions anarchiques et délibérées en violation flagrante du droit de défense et du principe du contradictoire et à l’humiliation dont ils sont l’objet. Ils sollicitaient l’implication du Chef de l’État.

Au jour d’aujourd’hui, le KasaÏ Central fait face à un vide juridique sans précédent créé par ces actes notamment pour dépassement de délai légal d’expédition des affaires courantes d’un mois doublé du décès de celui qui assumait l’intérim. Le Collectif de renchérir : « Les provinces du Kasaï central, Kwango et Maï-Ndombe ont vu leurs gouverneurs faire plus de 3 mois éloignés de la gestion de leurs provinces dans cette situation inconfortable de vide juridique et de violation de la loi. » Le respect de l’État de droit est la seule voie raisonnable pour sauver le Kasaï Central si on tient à donner de l’espoir au peuple qui a besoin d’un avocat pour plaider sa cause. Encourageons la démarche de l’élu de Kananga, Claudel André Lubaya. Commençons par réhabiliter celui qui a été contraint à la démission : Martin Kabuya. De sorte que, dans l’humilité et l’amour de l’autre, qu’il n’y ait ni triomphalisme moins encore un gagnant et un perdant. Pour le bien du peuple du Kasaï en particulier et de la RDC en général.. Et le reste suivra. Qui dit mieux !

Les Coulisses

Les Coulisses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *