Svp Mr le Gouverneur Carly,

Svp Mr le Gouverneur Carly,

Répondre à l’appel du Chef de l’État afin de contribuer ensemble à la paix et au développement. C’est du moins ce que l’opinion publique aura retenu du contenu de l’audience que le gouverneur de province, Carly Nzanzu Kasivita a accordée à une toute petite délégation des exilés politico-militaires du Grand Nord jeudi 15 octobre 2020 à Goma. Selon le communique de la Cellule de communication du gouverneur du Nord-Kivu, l’autorité provinciale qui posait avec eux dans le jardin du Muzée de Himbi (comme le montre cette photo) leur a demandé de contribuer à sensibiliser contre les groupes armés qui freinent le développement de la province. Même s’ils ne sont pas vraiment le modèle dans ce que l’autorité provinciale attend d’eux. Il y a lieu de souligner que comme recommandation, c’est trop minime et sans ferveur attendue, si on ne s’en tient qu’à cela. Et si cela est ainsi, on doit noter le malaise du gouverneur de province à parler avec cette petite équipe qu’il connaît bien et aussi à douter de bonnes intentions qui les animent.

En effet, l’équipe des fugitifs revenus au pays après 8 années (qui correspondent à la durée de vie du M 23) était composée de : Vita Kitambala (colonel), grand chef maï-maï reconnu comme un sanguinaire qui a semé la terreur dans le Lubero durant les années 2001-2004) avant de rejoindre la branche armée du RDC/K-ML. Kasereka Kivunza alias KVZ (Lt-colonel), ex-APC qui vivait entre le Ruwenzori et l’Ouganda. Kasereka Tahanganyolo alias Nzete ya Mapela (Lt-colonel) . Nyolo est un vétéran de la rébellion depuis Mumbiri au pied du mont Ruwenzori. Il a été tour à tour dans l’Armée du Peuple Congolais (APC), a participé à la création du Front de la Libération de l’est du Congo (FLEC) avec les Nkunda, puis a intégré les FARDC où il a suivi une formation donné par les Américains. A la création du M23, il déserte les FARDC avec certains de ses anciens (ex) APC pour le M 23 en 2012. Mangobo Ebondo JC (major). Saïba Muhoko, ingénieur. A se demander ce qu’un ingénieur peut aller chercher en compagnie des ex-APC. Nzanzu Kilumbi Christian. Ibrahim Yani Bakwato (Perci).

Les retournés sont entrés au Nord-Kivu par la voie qu’ils maîtrisent parfaitement bien avant d’être convoyés à Goma aux frais de l’État ( Cfr Feuille de route collective N° 425/EM/Sect OPS SKL I/NORD/T1/20 du 12 octobre 2020). Kakolele Bwambale et Cie ayant débarqué à Kinshasa.

Sans entrer dans le secret de Dieu, il est important de souligner que cette énième reddition ne peut pas entièrement réjouir la population du Nord-Kivu singulièrement du Grand Nord. Pour deux raisons fondamentales. Primo, ils rentrent comme ils sont partis (on dirait) sans remord et sans demander pardon pour les actes commis contre la population et pour avoir trahi la confiance du peuple en désertant l’armée loyaliste et en combattant dans les rangs de l’ennemi. On ne reviendra pas ici sur des messages contre les FARDC qu’ils postaient sur leurs pages dans les réseaux sociaux. Secundo (et c’est là où l’opinion publique reste sur sa soif du fait que la recommandation du gouverneur Carly Nzanzu Kasivita faite aux retournés a été jugée trop timide, à en croire le communication de la Cellule de communication), l’équipe que le gouverneur Carly Nzanzu Kasivita a reçue est incomplète. Il manque certains noms très connus. On peut citer quelques uns : Bosco Pendani (major APC), Kakule Muhatyikamya alias Akulema (lieutenant dans l’O.G. mais major APC), Prosper Nyamwesa (ancien président du Kighanda Yira), Édouard Batsotsi (ancien Chef de secteur du Ruwenzori), Jacques Siwako, André Patanjila (ancien représentant plénipotentiaire du président du RCD/K-ML au Rwanda avec résidence à Gisenyi), Sikuli Lafontaine… La liste n’étant pas exhaustive. Si toute l’écurie ayant quitté le sol des ancêtres Yira pour des motifs politiques et/ou de sécurité ne rentre pas, on peut parier que l’équipe conduite par Nyolo n’est là que pour tâter le terrain et qu’à tout moment, ils peuvent tous repartir. Le gouverneur Carly Nzanzu Kasivita devrait exiger (s’il ne l’avait pas fait) de ses hôtes occasionnels des explications pour les autres et user de son influence pour qu’ils reviennent au pays. Le peuple a beaucoup souffert et puisque tous veulent répondre patriotiquement à l’appel du chef de l’État, ils n’ont plus de raison de vivre en exil.

S’il vous plaît monsieur le Gouverneur, dites-leur de rentrer au pays. Ils contribueront par leur présence sur le sol Yira à combattre la désinformation, l’intoxication et la manipulation des faits du terrain. Bien plus, par les messages de paix, à convaincre les groupes armés locaux à déposer les armes. La paix dans le Grand Nord est à ce prix.

Les Coulisses

Les Coulisses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *