Science en RDC. Me Katembo Petillon, proclamé Dr en droit de l’Unikis.

Science en RDC. Me Katembo Petillon, proclamé Dr en droit de l’Unikis.

(Kisangani. Dr Katembo kamavu Petillon tenant son diplôme pose avec le promoteur de sa thèse). « Application des lois sur les violences sexuelles. Considérations sur les limites dans la protection et réparation en faveur des victimes en droit pénal congolais ». Tel est l’intitulé de la thèse de doctorat défendu à l’Université de Kisangani en date du 5 février 2020 par Me Petillon Katembo Kamavu et qui lui a valu le grade de docteur en droit avec mention grande distinction. Cette thèse consiste en une analyse des lois sur les violences sexuelles, leurs milites dans la protection ainsi que dans la réparation en faveur des victimes. Pourquoi un travail sur les violences faites aux femmes, peut-on se demander ? La réponse est simple : « De toutes les atrocités que subissent les femmes, le viol est sans nul doute le pire des sévices. Une femme abusée, c’est le déshonneur dans et pour toute la famille.» La réparation constitue une étape cruciale du fait qu’elle prend en compte la reconnaissance des droits des victimes et des souffrances endurées. La rénovation qu’apportent les travaux de Katembo Kamavu réside en ce qu’ils proposent une loi spécifique relative à la protection et la réparation. Cette thèse de doctorat propose aussi la création d’un fond en faveur des victimes des violences sexuelles en RDC. Ces lois une fois appliquées auront un double effet, celui de dissuader les commission afin de diminuer ces actes ignobles et celui de s’occuper réellement des victimes à travers l’indemnisation dans leur insertion sociale. Elles permettent in fine d’éviter des arrangements à l’amiable qui ne tiennent aucunement compte des intérêts des femmes violées. Bref, c’est une arme efficace pour lutter contre l’impunité et la déstabilisation de certaines famille dans ce domaine de violation des droits de personnes. On le sait, la loi congolaise interdit les arrangements à l’amiable qui se font très souvent sans tenir compte des intérêts de la victime mais aussi dans la pratique, elle n’est pas respectée. Voilà une contribution pour rendre la justice congolaise puissante. La réception du travail dirigé par une équipe d’encadrement de trois professeurs, à savoir le professeurs Ilume Moke Michel (promoteur), Babikanga David et Chombe Uyindo (co-promoteurs) a été faite devant un jury composé des professeurs Mwayila Tshiyembe (président du jury), Ilume Moke et Bofoe Lokungu (Secrétaire), Babikanga Maina et Mavinga comme membres.

La Rédaction

Les Coulisses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *