Rwangoma. Vengeance des ADF/MTM sur la population après la découverte des bunkers à Garlic.

Rwangoma. Vengeance des ADF/MTM sur la population après la découverte des bunkers à Garlic.

9ème partie

(Gén. Mbangu et la FIB visitent les tunnels conquis par les FARDC et la FIB à Garlic.)

Les hommes du général Mbangu n’ont pas eu le temps de savourer la difficile victoire sur les terroristes MTM à Mutara. Les services de renseignement vont repérer une présence humaine côté Abialose et des reflets de lumière trahissant une vie humaine. Conjointement avec la FIB, l’état-major des FARDC décide de prospecter le terrain et de se rassurer d’une vie dans ces encablures. La décision est prise : une opération mixte. On est au mois d’août 2016. Pour éviter la fuite d’informations, les deux états-majors montent une opération débaptisée « GARLIC » sur le lieu où poussaient des épines « Kambi ya miba » Des hélicoptères sont mis à contribution pour appuyer les troupes au sol qui devaient faire jonction à Jéricho. L’unité de génie s’occupe de l’abattage des arbres. Trois jours d’âpres combats opposèrent les islamistes MTM aux FARDC et FIB. Au troisième jour, vers 13 heures, les FARDC conquirent GARLIC. Surprise ! Ils découvrent des bunkers, sorte de tunnels sous la terre (au total 13) capables de contenir jusqu’à 40 personnes, chacun. De ce lieu, on pouvait accéder à Madina en passant par le mont Abialose récupéré quelques jours avant. La découverte des bunkers prouva que le travail n’était quà ses débuts. Contrairement à ce que les prophètes de malheur chantonnaient, la guerre nétait pas terminée en juin 2014. Les ADF/MTM ont eu le loisir de creuser des tunnels afin de s’y cacher esquivant ainsi les bombardement et les tirs d’artillerie. Sauf mauvaise foi ou agenda caché de ceux qui ont investi dans la violence. Des rebelles « ougandais » que nous avons hébergés et avec qui nous avons coalisé étaient une nébuleuse. Durant toute la campagne militaire du duo Bauma-Mundos, ils ont eu le temps de se retirer dans ces bunkers pour réapparaître au moment opportun et massacrer la population civile. Le général Mbangu et ses hommes s’apprêtaient à fêter une double victoire quand la triste et pénible nouvelle tomba comme un couperet. Vers 18 heures de ce jour de la découverte de 13 tunnels des MTM, on observa une débandade de la population de Rwangoma qui fuyait dans tous les sens. Rwangoma est un quartier périphérique de la ville qui domine le graben au sud-est de Beni. Une cinquantaine de corps ligotés et mutilés, coupés à la machette gisaient partout. Les infortunés revenaient de leurs champs aux heures vespérales et ont été stoppés net par des barrières placées sur le chemin de retour par les islamistes MTM. Les terroristes MTM faisaient asseoir chaque cultivateur qui tombait dans leur filet, le ligotait avant de le « machetter ». Les jihadistes MTM venaient de se venger sur la population qu’ils accusaient de les avoir trahis en donnant les informations de leur passage aux FARDC. En temps réel, ils empruntent ce chemin pour Madina en provenance de Mughalika via Mayangose. Mais la vraie information nous sera révélée lors des audiences de la Cour militaire opérationnelle en foraine à Beni. En effet, les terroristes islamistes vivent en cloisonnement et possèdent des cellules dormantes dans la population. Ils ont monté des IGD (brigades de répression et de vengeance). Lorsqu’ils sont mis en déroute par les FARDC, des cellules dormantes reçoivent l’ordre de frapper la population. Ce ne sont pas les MTM qui se battaient contre les FARDC qui viennent tuer la population. Ces « unités » qui sont dans la population, font la sale besogne après le choix de la cible. Une fois le travail terminé, ils se diluent dans la population comme si de rien n’était. Ce carnage, comme toujours, sera mis sur le compte des FARDC qui venaient d’abattre un grand travail en découvrant pour la première fois l’autre face cachée des terroristes jihadistes MTM : les bunkers. Les bunkers sont des tunnels creusés dans la forêt sur lesquels on a placé des troncs d’arbres humides et de la boue, capables de contenir jusqu’à 50 personnes et d’amortir les bombes. Lorsque des avions bombardent les positions MTM, tous se cachent dedans jusqu’à ce que la tempête se termine. En effet, cette découverte et la conquête des tunnels par les FARDC et la FIB changeaient totalement le visage de la guerre et démentaient tous les rapports des experts, Desc-Congo, Beni-Lubero.Online sur l’identité de l’ennemi. Elle démentait la déclaration du 24 octobre 2014 sur Rfi, prélude à l’intoxicaation, à la désinformation et à la manipulation de l’opinion tant nationale qu’internationale. La découverte des bunkers, la troisième grande victoire des FARDC après Madina et Mutara. Elle ne sera jamais fêtée. La diabolisation des FARDC ne va pas s’arrêter pour autant. Elle répond à la stratégie de l’ennemi. Ceux qui dissimulent les complicités et font régner les ambiguïtés en niant l’existence des MTM continuent à semer le doute. Dans le Nord-Kivu, certaines universités se sont précipitées à donner des diplômes de fin de cycle à des étudiants qui ont produit des travaux bâclés de fin de cycle sur les ADF/MTM sans en connaître leur vraie identité, leur idéologie et leur modus operandi. D’autres ont donné des conférences sur le campus tâtonnant sur un ennemi qu‘ils ne connaissaient pas. D’autres encore ont produit des mémoires sur les audiences de la Cour militaire opérationnelle à Beni sans y avoir été un seul jour. Côté MONUSCO, on est resté muet et on a continué à pomper des rapports niant l’existence de la nébuleuse terroriste jihadiste à Beni. Incroyable alors que sur cette photo, l’on voit les FARDC et la FIB inspectant les bunkers. Cette guerre ne prendra-t-elle pas fin le jour où comme le 24 octobre 2014, on fera une déclaration de type : « Je demande pardon à toute l’opinion. Je m’étais trompé de cibles. Les ADF existent et ce sont eux qui massacrent la population. J’appelle à l’union des forces derrière les FARDC pour les vaincre. » Je prendrai volontiers cette remarque de l’écrivain algérien Boualem Sansa parlant de la France parue dans le journal L’Express : « Ceux qui égorgent au nom de l’islam ne sont pas des assassins, ni des fous, ni des ignorants. (…) L’islamisme est un État souverain, un État qui n’a pas de territoire propre, pas de frontières, pas de capitale, pas de citoyens mais des fidèles unis dans la oumma, présente dans toutes les régions du monde, dans la maison de l’islam et dans la maison de la guerre, pas de Constitution mais la charia, tirée du saint Coran et des hadiths authentiques. Ses soldats, policiers, imams, juges et bourreaux ne sont pas des fonctionnaires mais les fidèles eux-mêmes, sans liens hiérarchiques entre eux, agissant chacun selon ses moyens et les circonstances, en solitaire ou avec ses proches, parents, amis, voisins et des volontaires venus de plus loin. Allah ordonne à chaque musulman, où qu’il soit dans le monde, d’œuvrer par tous les moyens à l’expansion de l’islam, de le défendre au prix de sa vie, de combattre les mécréants et de châtier les blasphémateurs et les apostats.» Comme la France, la RDC subit une guérilla qui prend son élan pour un jour atteindre les dimensions d’une guerre totale. Malheureusement, là où elle sévit, elle est soutenue par certains leaders locaux.

Nicaise Kibel’Bel Oka

Les Coulisses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *