Ruwenzori. Le journaliste Pius Manzikala exécuté par les ADF/MTM ?

Ruwenzori. Le journaliste Pius Manzikala exécuté par les ADF/MTM ?

L’information sur la mort du journaliste Pius Manzikala circule depuis samedi 12 décembre 2020. Son corps aurait été retrouvé ligoté et sans vie, identifié au village Mabando à près de 4 kilomètres de Nzenga centre. L’infortuné journaliste avait été kidnappé avec d’autres personnes lors d’ une attaque des terroristes ADF dans la nuit de vendredi 2020 décembre 2020 au village Kasusu-Nzenga. Il aurait été sur la route quand les ADF passaient avec leurs butins. Lors de ladite attaque, plusieurs personnes ont été tuées et d’autres enlevées. Dans leur attaque, les ADF ont eu à incendier certaines habitations ont pillé des boutiques et autres biens. Le cœur serré, au dimanche matin, une vingtaine de corps avait été retrouvés ligotés et tués dont celui du journaliste Pius Manzikala, a rapporté une source citant le Secrétaire administratif du secteur du Ruwenzori. Ces corps sont exposés à la morgue de l’hôpital général de référence de Mutwanga. Le journaliste Pius Manzikala présentait le journal en français à la radio Voice Radio de Mutwanga. Le secteur du Ruwenzori dont Mutwanga est le chef-lieu, est le bastion des terroristes jihadistes MTM mais également des milices maï-maï qui sèment mort et désolation dans le sanctuaire Mutwanga-Mwenda-Parc-Kikingi-Lwanoli. Curieusement, certains notables de cette région n’acceptent pas que l’on évoque les ADF comme auteurs des massacres des populations civiles. Pour rappel, et en attendant la confirmation, Pius Manzikala est le deuxième journaliste tué depuis le début des opérations Sukola I en 2014. Le premier, Kennedy Muliwavyo fut atteint d’une balle alors qu’ils allaient avec ses deux confrères Patient Sabiri (Radio RTR) et Mitterrand Hangi (Radio RTM) couvrir l’ouverture de l’axe Mbau-Kamango. Ils furent attaqués au PK38 le 14 février 2014 juste après le pont Semuliki vers Lese par des ADF perchés sur des arbres comme des singes à Canada. Kennedy est mort sur place et les deux autres furent secourus par des FARDC et soignés à Goma avec le concours du CICR. Il y a lieu aussi de signaler le kidnapping en 2018 de Kasereka Mangwengwe Jadot, ancien directeur de la Radio Graben aujourd’hui député national. Le terrorisme jihadiste n’est pas une soirée dansante ni un jeu d’enfant pour ne pas le prendre au sérieux. Les ADF/MTM viennent de signer une énième attaque pour que les incrédules et les gens de peu de foi y croient et prennent au sérieux cette menace réelle. Il est à retenir que pour les jihadistes, la violence est une obligation divine exécutée comme acte sacramentel, dans un impératif théologique. Si les politiques n’en sont pas conscients et ne veulent pas le reconnaître pour des raisons évidentes, les journalistes, eux, doivent prendre en considération toute la hauteur de cette menace dans l’exercice de leur métier, lui aussi à haut risque dans une zone à conflit permanent. La vie n’a pas de brouillon. Qui dit mieux !

Les Coulisses.

Les Coulisses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *