RDC/Nord-Kivu. Plus de 120 personnes blessées par arme prises en charge par le CICR.

RDC/Nord-Kivu. Plus de 120 personnes blessées par arme prises en charge par le CICR.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a pris en charge plus de 120 personnes blessées dans les villes de Beni et de Goma. Ce, à la suite de manifestations et autres violences survenues dans plusieurs localités du Nord-Kivu. La prise en charge du CICR est intervenue à l’hôpital de Beni (HGR) et à l’hôpital CBCA Ndosho de Goma mais également dans la fourniture du matériel médical à d’autres structures recevant des blessés. Le communiqué du CICR du 16 avril2021 parvenu à notre Rédaction indique qu’au 14 avril 2021, les équipes médicales soutenues par le CICR suivaient 51 blessées par arme hospitalisés à l’HGR de Beni dont 9 nouveaux cas liés aux récentes manifestations. 6 autres patients blessés dans des manifestations similaires étaient également pris en charge en dehors de la ville de Beni, à Butembo et à Oicha. A Goma, 36 nouveaux blessés sont arrivés entre le 12 et le 14 avril à l’Hôpital CBCA Ndosho. Ces personnes ont été blessées lors des violences survenues au nord de la ville portant ainsi à 68 le nombre total de patients hospitalisés. Dans le même communiqué, Kelnor Panglungtshang, le chef de la Sous délégation du CICR à Goma se dit débordé face à l’afflux de blessés dans les centres hospitaliers : « Actuellement, nous avons atteint nos limites en capacité d’accueil à l’HGR de Béni qui compte 43 lits et sommes presqu’à terme pour l’Hôpital CBCA Ndosho de Goma qui en a 74. Les équipes sont mobilisées depuis plus d’une semaine pour répondre à cet afflux », et renchérit : « Pour aider les hôpitaux, y compris l’hôpital de la PNC, à faire face au nombre croissant de patients, nous leur avons fourni du matériel médical et des médicaments additionnels. »

Il est important de rappeler que ces blessés proviennent des manifestations populaires au cours desquelles les manifestants, usant de la violence, s’attaquaient à tout ce qui se trouvait autour d’eux y compris des personnes et exigeaient le départ de la Mission des Nations-unies pour la Stabilisation du Congo (MONUSCO) ainsi que de toutes les ONG opérant dans le Nord-Kivu. Voilà pourquoi le CICR qui reste attentif au respect de la mission médicale qui demeure cruciale dans de telles situations de violence appelle tout le monde au respect et à la protection du personnel et des structures de santé ainsi que des ambulances et à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer aux blessés et aux malades un accès sûr et rapide aux soins appropriés. Enfin, le CICR a été informé d’enfants ayant perdu le contact avec leurs familles durant les récentes épisodes de violence au Nord de Goma. Le CICR est en contact avec la Croix Rouge de la République démocratique du Congo pour évaluer les besoins et y répondre au plus vite. Présent dans la province du Nord-Kivu depuis 1993, le CICR fournit protection et assistance aux victimes de conflits armés et d’autres situations de violence. Il appuie plusieurs structures médicales qui reçoivent et stabilisent les personnes blessées par arme. Les blessés les plus graves sont transférés à l’hôpital Bethesda CBCA Ndosho à Goma, où le CICR déploie un programme de chirurgie de guerre.

Faut-il rappeler à tous que la guerre est un crime et qu’il faille bannir dans nos mœurs la violence sous toutes ses formes.

Les Coulisses

Les Coulisses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *