RDC. Les parcs participent aux côtés des FARDC à la défense des populations riveraines vulnérables. ( F. Donnea)

RDC. Les parcs participent aux côtés des FARDC à la défense des populations riveraines vulnérables. ( F. Donnea)

(Mutsora 2011. Travaux de construction du barrage par nivellement d’eau . Œuvre de la Fondation Virunga. Archives Les Coulisses).

« Les parcs nationaux doivent aussi participer avec les Forces armées de la RDC (FARDC) à la défense des populations riveraines vulnérables particulièrement au Parc national des Virunga (PNVi) qui fait face aux ADF/NALU, FDLR et maï-maï qui persécutent les populations riveraines et viennent se servir illégalement des ressources dans le parc. » François-Xavier Donnea, président du parc de la Garamba et Administrateur de la PNVi l’a déclaré au sortir de l’audience accordée à sa délégation par le président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso Kodia Pwanga vendredi 7 mai 2021. Après avoir travaillé avec la Commission de l’Environnement au niveau du Parlement, la délégation conduite par François- Xavier Donnea a tenu à informer ses hôtes des enjeux actuels des parcs nationaux de la RDC. A l’en croire, il a attiré l’attention non seulement sur l’importance écologique mais aussi sur le facteur de développement humain des populations et les sources de sécurisation : «  On ne peut pas gérer les aires nationales comme de grands parcs zoologiques. Il faut absolument tenir compte des conditions de vie des populations riveraines pour qu’elles s’approprient ces parcs. Nous avons investi le PNVi notamment dans de grandes centrales hydro-électriques. »

Parlant du parc de la Garamba dont il est le président, François Xavier Donnea s’est réjoui du fait qu’il n’existe plus d’incursions des groupes armés dans ce lieu : « Le parc de la Garamba est un rempart à la frontière avec le Sud Soudan par rapport aux incursions des groupes armés en provenance du Darfour, de la République Centre Africaine (RCA) voire de plus loin. Nous avons pacifié ce parc. C’est un facteur de sécurité. »

Pour sa part, le président de la commission de l’Environnement au sein de l’Assemblée nationale, l’honorable François Nzekuye a appelé les élus à sensibiliser la population pour qu’elle coopère avec la Police nationale, les FARDC et les éco gardes car la population est souvent la cause de la mort de nos gardes parc lorsqu’elle tient à envahir le parc pour diverses raisons de sa survie. François Nzekuye a aussi appelé la population à tous les niveaux à accompagner les efforts de la Fondation Virunga qui leur donne des opportunités à disposer des moyens alternatifs de survie : « La Fondation Virunga a mis en place un réseau de 12 centrales hydroélectriques qui vont culminer bientôt à 105 Mégawatts, le double de la capacité énergétique du Rwanda aujourd’hui, 32 fois plus de ce dont la province du Nord-Kivu dispose à ce jour. » Qui mieux que l’honorable François Nzekuye, fils du Nord-Kivu peut mesurer cette grande contribution de la Fondation Virunga au développement et à la lutte contre l’insécurité dans cette province ? Voilà pour quoi il précise : « La plus-value de ce qu’entreprend la Fondation Virunga se trouve dans le développement des activités industrielles, les micro industries et de petites unités de transformation pour la population mais également visible dans la diminution du banditisme et de l’insécurité. La communauté internationale vient en appui à la RDC pour participer à la sécurisation des populations et au développement des communautés locales. »

Malheureusement, pour des raisons obscures, certains compatriotes mettent tout en œuvre pour saper jusqu’au dénigrement les actions de développement et de sécurisation que mène la Fondation Virunga en appui avec les FARDC. Au péril de la vie des éco gardes.

Pour rappel, une ONG congolaise a porté plainte contre la Fondation Virunga, l’ICCN et Emmanuel de Merode les accusant de détournement des fonds de l’Union européenne, de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme. Tous ceux qui ont tenté d’obtenir la copie de l’enquête tant vantée par l’animateur de cette ONG ont été surpris des conditions fixées pour l’obtention de la copie du document et du tarif exorbitant (entre 250 et 300 dollars $ à verser par M-Pesa un jour avant ). La première ressource du Nord-Kivu, c’est l’eau source de développement. Qui dit mieux !

Nicaise Kibel’Bel Oka

Les Coulisses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *