RDC. Les experts des N-U. Paresse intellectuelle, confusion et méconnaissance du sujet islamiste.

RDC. Les experts des N-U. Paresse intellectuelle, confusion et méconnaissance du sujet islamiste.

Le groupe d’experts des N-U a fait preuve de paresse intellectuelle, de confusion et de méconnaissance du sujet islamiste dans le récent rapport (S/2021/560) publié le 10 juin 2021 au sujet des islamistes MTM. Nulle part dans le Coran, on trouve l’appellation ADF et/ou apparenté. Il est important de noter les deux caractéristiques fondamentales du sujet islamiste : la ruse et la fourberie. A cela, il faut ajouter le cloisonnement. Par son idéologie de soumission et d’obéissance aveugle à la sunna du Prophète, la curiosité n’est pas permise. De ce fait, ce qui se passe dans un campement n’est pas révélé aux autres. On peut même vivre sous le même toit sans se connaître jihadiste. Ceux qui étaient aux audiences de la Cour militaire se rappelleront le cas de Fiston qui devait débourser 3 mille dollars$ pour dépanner à la grande surprise celui-là même qui le nourrissait. D’autre part, le combattant jihadiste est éduqué aux tactiques de taqiyya, muruma et kitmân et il lui est interdit de s’ouvrir aux Kafri (entendez les non musulmans, païens, chrétiens et juifs) et de dévoiler tout ce qu’il a vu et connaît du front. En se fiant aux réponses de quelques rescapés des enlèvements et quelques combattants, les experts semblent avoir raté complètement leur mission pour finir par raconter tout ce que l’on sait déjà.

Voir le jihad islamiste sans le reconnaître

Lorsqu’on lit le rapport des experts, on est parfois surpris de l’impression qui s’en dégage, celle d’écrire des choses sans les connaître. En voici quelques exemples : «  Les ADF ont continué de recourir à trois méthodes principales de recrutement : le recrutement forcé, essentiellement au moyen de la capture de civils lors d’attaques, la duperie et le recrutement de plein gré par la propagande et la cooptation, les deux dernières méthodes ayant servi également à recruter des individus hors du territoire de Beni ou des frontières de la République démocratique du Congo.»

Ce que les experts découvrent et décrivent dans leur rapport n’est pas une nouveauté. Dans son livre « Jihad en RDC. Un terrorisme islamiste ADF mal connu », Éditions Scribe/Bruxelles, 2016, le journaliste Nicaise Kibel’Bel Oka donne tous ces détails. Personne ne le prend au sérieux. Il faut attendre New York. Comment veut-on que celui qui recrute par la ruse puisse se dévoiler ? Le terrorisme s’exerce par une simulation (opération de déception), ruse et perfidie. Bien plus, comment les experts qualifient-ils un groupe qui utilise des engins explosifs contre les civils parce qu’ils le signalent eux-mêmes : «  Des vidéos récentes, des photographies et du matériel inspectés par le Groupe d’experts montrent que les ADF étaient équipées de fusils d’assaut de type AK, d’armes automatiques PKM, de lance-grenades et de grenades RPG-7, de mortiers de 60 mm, de mitrailleuses lourdes, de radios Motorola et d’uniformes militaires. Des machettes et des couteaux ont également été utilisés au cours des tueries, des décapitations et des mutilations ». En même temps, ils se contredisent parce que pour eux, ils ont affaire à un groupe essentiellement « démocratique » : « Les enquêtes du Groupe d’experts ont confirmé que des engins explosifs improvisés avaient été installés à des fins tactiques, offensives, défensives et de harcèlement, plutôt que comme un outil terroriste. » De qui se moque-t-on ? Plus la question est la suivante : A qui la faute ? Tuer des populations civiles avec machettes et/ou bombes improvisées, semer la terreur barbare en décapitant les cadavres ne relèverait-il pas du terrorisme ? Dire qu’on compte des fanatiques des experts parmi des compatriotes qui ont perdu les membres de famille. Ils s’attaquent avec virulence à Kibel’Bel Oka ! Honte à la nation qui a abandonné le champ des investigations à des étrangers qui bénéficient d’une confiance aveugle de l’élite. Continuer à considérer les jihadistes MTM comme un groupe démocratiques (ADF), c’est la pire ignorance doublée de ridicule qui puisse exister. Et ce, malgré la cruauté de leurs actes.

Pas de lien entre ADF et État islamique (EIIL) ?

Le groupe d’experts est honnête quand il déclaré : « Aucune des sources du Groupe, qui comprenaient des ex-combattants proches des chefs des ADF, n’a cité la participation de l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL), de manière directe ou indirecte, aux transferts d’armements aux ADF. » Il ajoute ce qui suit : « Durant la période considérée, le Groupe d’experts n’a pas observé de marquages spécifiques sur des engins explosifs improvisés et n’a pas été informé de fiches techniques trouvées par les FARDC à Madina ou dans d’autres camps dont les ADF s’étaient emparés, pouvant indiquer une participation directe ou indirecte de l’EIIL dans la fabrication et la pose d’engins explosifs improvisés. » Comment des Congolais (se disant intellecuels) ne peuvent pas faire la nette différence entre « pas de lien » et « aucun lien existant »  d’autant plus que les experts écrivent bien « durant la période considérée ». Cela s’entend que si les Nations-unies prolongeaient leur mandat, (peut-être) ils pourraient trouver ce lien. Parce que les experts soulignent : « Un ex-combattant en détention a indiqué que les ADF prévoyaient d’acquérir la technologie de fabrication de bombes-suicides. Le Groupe d’experts ne peut cependant pas exclure la possibilité que cette allégation fasse partie d’efforts visant à relier les ADF à l’EIIL » Cet ex combattant n’a pa dévoilé la date de l’acquisition de ladite technologie. Pourquoi observé-t-on de l’excitation chez certains compatriotes particulièrement du Grand Nord ? L’autre question est : « Comment le Groupe peut-il continuer à utiliser le terme ADF que Musa Baluku a rejeté et faire confiance aux rescapés et non à Baluku qu’il reconnaît comme le chef  ? »

Les ADF n’existent pas. Comme l’a souligné Musa Baluku, ils sont des Moudjahidin de Madina At Tauheed wal Muwahadeen (MTM) qui, avec al Sunnah du Mozambique, forment la Province Afrique Centrale de l’État islamique (IS-CAP en anglais) dont le centre est en Somalie. Le fait pour les experts de reconnaître : « Des progrès modestes sur le plan des techniques de fabrication d’engins explosifs improvisés ont été attribués à la participation de combattants des ADF de l’extérieur, en particulier du Burundi, du Kenya et de la République-Unie de Tanzanie, par des personnes ayant été enlevées et des ex-combattants.» montrent que les MTM sont une nébuleuse transnationale.

Le Groupe opère une transition en douceur pour ne pas dédire ce qu’ ont écrit les prédécesseurs (et le même groupe dans son rapport intermédiaire). C’est une demande tacite d’ une reconduction de leur mission pour annoncer ce lien que le Département d’État américain a confirmé à la suite du journaliste d’investigation Nicaise Kibel’Bel Oka qui mène des enquêtes sur le sujet sans aucun financement ni subvention de l’État congolais. Toute proportion gardée. La nation devrait être fière de ce compatriote comme elle est fière du professeur Jean-Jacques Muyembe avec Ebola.

Nicaise Kibel’Bel Oka

Les Coulisses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *