RDC. Inimaginable. Félix Tshisekedi jette l’opprobre sur l’armée nationale.

RDC. Inimaginable. Félix Tshisekedi jette l’opprobre sur l’armée nationale.

(Beni 2016. Des blessés de guerre FARDC après l’attaque de Mayangose/Rizerie soignés au pavillon militaire. Archives Les Coulisses).

Incroyable mais vrai. C’est Félix-Antoine Tshisekedi, le Commandant suprême des FARDC et de la PNC lui-même qui a vilipendé publiquement (notre) armée nationale et a donné l’occasion à certains compatriotes de se moquer de la grande muette et de tourner en ridicule les officiers notamment l’État-major général des FARDC. Et pourtant !

Pourtant l’armée que l’on veut un modèle est l’émanation de la population, d’une nation gangrenée par la corruption et l’impunité. A tous les niveaux.

Voulez-vous d’une armée modèle, disciplinée, ordonnée et fiable, alors deux choses. Primo, « Fermez tous les grands séminaires et enrôlez les grands séminaristes dans l’armée. Ils sont pieux, craignent Dieu et deviendront de très bons officiers. » Secundo (sinon) « Faites de tous les prêtres des aumôniers militaires pour apprendre aux soldats le respect du bien public et privé et la crainte de Dieu. » Car les FARDC n’ont pas d’aumôniers et ceux qui devaient assumer ce rôle les ont abandonnées. Dans les années 1110-1120 (Moyen-âge), les soldats étaient recrutés dans les ordres religieux. Les Templiers étaient à la fois religieux et chevaliers astreints à une règle stricte de chasteté, de pauvreté et d’obéissance. Il y avait aussi l’Ordre de Saint-Lazare, Ordre Teutonique, etc. Si vous n’êtes pas capables de ces deux choses, alors actionnez la justice. Car, la justice élève une nation. Regardez comment certains compatriotes sont devenus « honorables » avec femmes et enfants, cousins et nièces comme colistiers/suppléants. Cela n’émeut personne. Autrement, il ne sert à rien de papoter contre les autres quand tout le monde fait la même chose. De la corruption de nos miliaires, l’on connaît l’histoire depuis les Forces armées zaïroises et surtout celle de l’illustre et célèbre général Donatien Mahele sur qui reposait tout l’espoir de la nation et qui a fini par être corrompu pour nous « éviter un bain de sang » dans Kinshasa. De la justice, il y a lieu de se poser la question de la place qu’elle occupe en RDC. Alexis Thambwe Mwamba, alors ministre de la justice, avait traité publiquement les magistrats de corrompus. Et après ? Rien. Faut-il seulement s’arrêter à dénoncer ? Les exemples de Vital Kamerhe et surtout de Matata Ponyo qui divisent le peuple congolais montrent que, écartelé entre le tribalisme et le clientélisme, le Congolais n’a pas encore assimilé la notion de justice et n’est pas prêt à l’accepter. Même l’Église universelle, dans sa position d’aujourd’hui à la fois déroutante et ambiguë qui cache à peine sa sympathie pour certains fils, n’est pas prête à embrasser la justice. Car, si poursuivre des présumés criminels reviendrait à écarter les candidats potentiels à la prochaine élection présidentielle, alors pourquoi doit-on jeter l’opprobre à l’armée nationale ? La justice avant la paix est un slogan dans notre pays.

Félix-Antoine Tshisekedi a jeté l’armée nationale en pâture, dénonçant publiquement la magouille, la corruption et la mafia, la comparant au Sénat. Sauf que les officiers de l’armée sont nommés et relevés. Par contre, ceux à qui on veut faire don des jeeps sont élus. Par le même peuple qui crie au scandale. Au sujet de l’effectif de 21 mille hommes, le bon sens voudrait qu’il présente un rapport écrit et signé dans lequel on y fait allusion. Parce qu’en 2019, au moment où il annonçait ce chiffre qui est une invention attribuée abusivement aux FARDC, de nombreuses personnes s’étaient demandé où il l’avait tiré. Pour rappel, dès le début , les opérations Sukola I avaient un effectif ne dépassant pas les 10 mille soldats. Comment est-on arrivé à cet effectif quand on sait qu’il y a moins 2 mille militaires morts au front depuis le lacement desdites opérations ? Un peuple éclairé doit se poser des questions, douter et ne pas croire tant qu’il n’y a pas de preuves. On n’apprend pas la vérité en écoutant la rumeur. Naturellement, le peuple attend du Commandant suprême, non pas de changement injustifié à la tête de l’armée mais des interpellations en justice avec débats publics avant tout chambardement. Ce qui sera une leçon de lutte contre l’impunité.

Les premières formes de résilience d’une nation, pour le passé comme pour l’avenir, résident dans sa police et dans son armée, écrivait Kibel’Bel Oka dans son livre « Les Forces armées face à la guerre non conventionnelle » Éditions Scribe , 2018, paraphrasant Jacques Attali. Faut-il qu’elles soient adaptées à la nature de menaces. Notre stratégie de défense et notre armée ont été conçues pour faire face à des menaces disparues. Les FARDC, armée de type classique dans un État ayant cédé le monopole de force à des groupes armés, peine à s’adapter à des menaces nouvelles qui sont la guerre asymétrique et hybride. Et donc, attribuer aux FARDC l’échec des opérations Sukola I pour magouille, corruption… c’est ne pas comprendre la nature des menaces actuelles : le terrorisme islamiste. Une nation se défait quand elle n’a plus les moyens militaires de se défendre et quand tous ceux qui la peuplent ne trouvent plus intérêt dans son armée. Si tout un peuple veut se faire bonne conscience face à des cas inédits de détournement en prenant l’armée comme bouc émissaire, il faut craindre le pire. Quelle image de l’armée donne-t-on aux jeunes gens quand un soldat qui doit défendre la nation touche 120 mille FC ? durant son séjour à Beni, le Commandant suprême n’a pas pensé un seul instant rendre visite aux militaires blessés au front.

Soutenons notre armée et exigeons que ceux qui ont détourné les fonds du soldat soient traduits devant la justice et condamnés selon le degré de leur culpabilité. L’infraction étant individuelle. Et exigeons de même pour les autres catégories de citoyens.

Nicaise Kibel’Bel Oka

Les Coulisses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *