RDC/Goma. Croix-Rouge, CICR et FICR au chevet des vulnérables du volcan Nyiragongo.

RDC/Goma. Croix-Rouge, CICR et FICR au chevet des vulnérables du volcan Nyiragongo.

(Goma. Debout Mme Kulemfuka. Assis de G à D, Dr Balla Conde, Raphaël Tenaud, Matthieu Musepulu, Marcel Mwambamba  et Mme Michael Terkis lors du point de presse)

Depuis l’éruption du volcan Nyiragongo samedi 23 mai 2021 qui a déversé près de 400 mille personnes hors de la ville de Goma, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge mène des actions en faveur des populations touchées par cette catastrophe naturelle. L’assistance est fournie en eau potable, secours et abris, sur le plan de la santé, réunification des familles séparées, la prise en charge psychosociale et de l’engagement communautaire. Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant -Rouge a accompagné la population dans sa fuite en prenant en compte les personnes de 3ème âge et les enfants non accompagnés (ENA). Il a distribué de l’eau potable par camion citerne alimentant ainsi les bornes fontaines à Sake pour environ 5400 personnes. Le CICR fournit quotidiennement de l’eau au réservoir de Munigi en faveur d’environ 59 mille personnes et plus de 5 mille litres de carburant à la REGIDESO pour alimenter en électricité toutes les stations de pompage d’eau de la ville de Goma pendant les délestages de la SNEl, du matériel à la REGIDESO pour la réparation des fuites d’eau dues au tremblement de terre. Toujours dans le domaine de l’eau, le CICR a approvisionné les 2300 détenus de la prison de Munzenze avec 10 mille litres d’eau tout comme il fournit l’eau aux hôpitaux de CBCA Ndosho (150 bénéficiaires), Hôpital Général de Goma (275 bénéficiaires) et Centre de santé mentale pour les personnes à mobilité réduite (110 bénéficiaires). Sur le plan de la santé, le CICR a remis 2 tentes additionnelles à l’hôpital CBCA Ndosho et a fourni des médicaments, des kits médicaux aux centres de santé de la zone de santé de Nyiragongo et Karisimbi, 3 tentes à la Croix-Rouge RDC pour soutenir la relocalisation et installation hors des quartiers encore en « zone rouge » de la ville. Des kiosques (centre d’accueil et d’écoute) ont été installés à Minova, Shasha, Sake, Mugunga, Goma et Munigi pour faciliter le rétablissement et le maintien des liens familiaux.

Quant à la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), elle a débloqué un montant de 359.213 Francs suisses de son fond pour les catastrophes afin d’aider la Croix-Rouge de la RDC à fournir une assistance à 12500 personnes des communautés locales évacuées des zones proches du volcan. Elle a installé 5 bladders dans les villages touchés et a fourni de l’eau potable à 2 mille personnes, a augmenté la capacité de distribution d’eau journalière à 100 mille litres dans les zones vulnérables. La Croix-Rouge de la RDC a fourni des soins à 366 victimes dont 265 plaies et 99 brûlures, a référé des victimes à des centres hospitaliers, distribué 9820 litres d’eau potable, ramassé 15 dépouilles mortelles déposées à l’hôpital général provincial. Elle a mobilisé 68 volontaires secouristes pour des interventions de tout genre sur les axes Kibati, Kihisi, port public de Goma, Kituku et Mugunga. La Croix-Rouge de la RDC a enregistré 1613 requêtes des parents et a réunifié 171 enfants à leurs familles. Les composantes du mouvement se sont relayées à partir de nos deux pays voisins (RDC et Rwanda).

Dans un point de presse tenu jeudi 10 juin 2021 à Goma, les membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge ont fait savoir qu’à l’heure où les autorités demandent à la population de retourner à Goma, leur travail commence par une évaluation de besoins de la population qui retourne et de celle restée à Sake notamment en eau, en hygiène, en secours de premier secours, en abris provisoires à construire pour ceux qui ont perdu leurs maisons, en renforcement de bladders pour augmenter la quantité d’eau et en prise ne charge des personnes du 3ème âge et des ENA. Répondant aux questions des journalistes sur la durée de leur intervention et sur les risques réels d’une aide sociale qui deviendrait « facteur d’attrait », les conférenciers ont affirmé que la durée de l’intervention dépendra des évaluations progressives sur le terrain en prenant en compte des paramètres de solution des problèmes. Ceci, grâce à la relocalisation d’une partie de l’équipe à Minova afin de répondre plus rapidement aux besoins des déplacés. Ils veilleront à ce que l’aide ne devienne pas une attraction qui freine le retour de la population dans leur milieu.

Devant la presse de Goma, les intervenants ci-dessous : Dr Balla Conde (manager Coordinateur FICR), Raphaël Tenaud (Chef Sous délégation CICR/Goma), Matthieu Musepulu (Conseiller en charge de la mobilisation des ressources), Marcel Mwambamba (Président provincial Nord-Kivu) et Mme Michael Terkis (Vice-présidente nationale de la Croix-Rouge de la RDC) ont répondu aux préoccupations de la population à la satisfaction générale.

Nicaise Kibel’Bel Oka

Les Coulisses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *