Ouganda-RDC. Fatshi et M7. ce qu’ils ne se sont pas dit et ce qu’on veut leur faire dire.

Ouganda-RDC. Fatshi et M7. ce qu’ils ne se sont pas dit et ce qu’on veut leur faire dire.

(Les Présidents Museveni (en blanc) et Tshisekedi( costume bleu) descendent vers Lubiriha passant en revue la délégation des diplomates congolais en Ouganda conduite par l’Ambassadeur Massala).

Bwera/Lubiriya. Félix-Antoine Tshisekedi et Yoweri Kaguta Museveni se sont rencontrés en tête-à-tête le 16 juin 2021 accompagnés chacun de son Chef d’État-major général. De leur entretien, on retient la pose de la première pierre des axes routiers Kasindi-Beni (84 km) -Butembo (54 km) et Bunagana-Rutshuru (40 km)-Goma (73 km) à asphalter sur fonds propre du gouvernement ougandais. L’importance d’une route dans le cadre du développement du corridor Nord impactera naturellement sur le coût du trafic et influera sur les conditions sécuritaires rendant les coupeurs de route moins efficaces, comme l’a souligné Jean-Pierre Massala, Ambassadeur de la RDC en Ouganda. Ces routes asphaltées vont contribuer à booster l’économie du Nord-Kivu et faire galoper le développement. Le président de la RDC a salué l’initiative de son homologue ougandais qui, à son tour, s’est vanté d’avoir en face un interlocuteur très positif.

Quand l’intox et la désinformation s’y mêlent !

Au lendemain de cette rencontre de travail entre les deux Chefs d’État, les colporteurs ont prêté des paroles au Chef de l’État congolais dans l’intention de l’opposer à la population. Ils ont même eu le culot de signer l’intox et les fake news que voici :

1. L’entrée des troupes ougandaise sur le sol congolais.

« Les clauses de l’accord de la construction de la route Kasindi-Beni-Butemebo. Les ingénieurs et ouvriers de Dott services limited seront sécurisés par l’armée ougandaise. 1500 hommes seront déployés en RDC avec comme base en ville de Beni (Nyaleke). Les FARDC devront se retirer sur l’axe Beni-Kasindi et Butembo-Beni ». On imagine un seul instant les FARDC se retirer de cette zone pour laisser l’UPDF se pavaner librement ? Cela signifierait la fin des opérations Sukola I. Rien de tel n’a été décidé. Même dans le cadre d’une opération conjointe, cela ne peut pas se passer de la sorte. On le sait, les mêmes vendeurs d’illusion depuis leur laboratoire annoncent régulièrement la présence des soldats ougandais (UPDF) dans le territoire de Beni sans préciser les localités. Ils sont restés nostalgiques de l’UPDF invitée à l’époque par le RCD/K-ML.

2. Détournement de solde et échec de Sukola I

« Le Chef de l’État pense qu’il y a une magouille dans l’armée. Il serait aussi trompé par des officiers qu’il y avait 21 mille hommes dans la zone opérationnelle du Grand Nord. L’État-major est complice…des effectifs fantômes des FARDC, de détournement de solde, de tenue, primes, médicaments et du matériel de guerre sans oublier l’affairisme de certains officiers. Voilà les maux qui sont à la base de l’échec des opérations militaires Sukola I » Ce texte est signé par Jean-Paul Paluku Ngahangondi, député provincial du territoire de Beni. Au moment où Paluku Ngahangondi papotait, le Chef de l’État, Commandant suprême des FARDC et de la PNC recevait le briefing de la situation sécuritaire donnée par le général Peter Chirimwami, Commandant sortant des opérations Sukola I en présence de son remplaçant, le général Bertin Mputela, de Gilbert Kabanda (Ministre de la Défense nationale), du général Célestin Mbala Munsense ( Chef d’État-major général des FARDC) et du général Constant Ndima ( Gouverneur militaire du Nord-Kivu).

Il est important de rappeler que depuis que les opérations Sukola I ont été lancées dans le Grand Nord, les effectifs des FARDC n’ont jamais atteint 15 mille hommes. Ces chiffres inventés et récupérés par l’opposition de l’époque ont été avancés par des ennemis de la république pour disqualifier l’armée et montrer son inefficacité. En effet, depuis début 2020, on observe une rupture de fonds destinés à l’armée. C’est qui explique l’annonce du Chef de l’État, à savoir que tous les moyens viennent d’être mis à la disposition des opérations Sukola I. A chaque fois qu’ils retournent dans leur fief, certains députés du Grand Nord dénoncent l’affairisme des officiers FARDC sans en apporter des preuves. Les accusations ne sont pas des preuves. Beaucoup ont tendance à l’oublier. Pour ceux qui ne l’ont jamais compris, les FARDC font face à une guerre asymétrique doublée de cet aspect hybride. Pour gagner l’ennemi dans ce genre de guerre, la contribution de la population est un atout non négligeable. Or, dans le cas des MTM, certaines personnes, à travers un discours volontairement confus et le bénéfice qu’elles tirent, sèment le doute dans la population au point que cette collaboration attendue ne se fait pas normalement. Les FARDC sont l’émanation de la population congolaise, mal payées, délaissées, subissant des attaques de ses propres fils et de l’extérieur, face à une classe politique qui se sert des immunités pour échapper à la justice.

La statue de Nyamwisi Muvingi

Il a été observé des faits incroyables lors du séjour du Chef de l’État à Beni. On a moins parlé des tueries de la population civile, moins parler des jihadistes MTM. L’on a préféré laisser des écoliers présenter leurs doléances sur des brutalités subies lors du sit in devant la mairie de Beni, laissant les morts enterrer les leurs. Quant aux adultes, ils avaient opté pour autre chose qui n’avait rien de prioritaire : Réinstaller le socle du défunt Enoch Nyamwisi au rond-point du 30 juin, voulant prendre le Chef de l’État à témoin. Par surprise. Le problème de l’insécurité et/ou des tueries leur importait peu. Personne n’a fait allusion aux 40 groupes armés locaux qui font la loi dans la zone. Ce qu’ils cherchaient, c’est remettre Nyamwisi Muvingi, point barre. Curieusement, le lendemain du départ du Chef de l’État, « les indignés » sont sortis de l’envoûtement pour réclamer que le Chef de l’État vienne s’installer à Beni pour mettre fin aux tueries. Incroyable ! On aura tout vu dans ce pays. Le Chef de l’État est en Ituri. On espère que les Ituriens ne commettront pas la même erreur que celle commise au Grand Nord.

Nicaise Kibel’Bel Oka

Les Coulisses

Un commentaire sur “Ouganda-RDC. Fatshi et M7. ce qu’ils ne se sont pas dit et ce qu’on veut leur faire dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *