Le ministre de l’industrie JPK et la parabole de talent.

Le ministre de l’industrie JPK et la parabole de talent.

30 septembre 2020, le ministre national de l’Industrie, Julien Paluku Kahongya a effectué une mission gouvernementale dans le Sud-Ubangi. De Gemena, cette mission l’a conduit à Budjala, Akula et Miluna-Gwaka. L’objectif de ladite mission, dans la vision du Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi et du gouvernement, est de promouvoir la création des pôles économiques au niveau des Entités territoriales décentralisées et déconcentrées (ETDD) afin de redorer l’image de ces secteurs de production et lutter contre le chômage des jeunes et redonner espoir à la jeunesse et à toute la population. Accompagné de Jean-Claude Mabenze, Gouverneur de la province du Sud-Ubangi, le ministre Julien Paluku Kahongya a visité à Gwaka le site de 400 hectares disposé et disponible pour accueillir la Zone Économique Spéciale (ZES) du Sud-Ubangi mais également le port d’Akula pour projeter sa modernisation. Voulant saisir les opportunités de développement qu’offre ce coin de la RDC, le ministre national de l’Industrie a tour à tour visité les plantations d’hévéa et de palmiers à huile de la société Miluna Green Center. Il a noté des efforts à encourager que déploie cette entreprise dans la production et le traitement du latex (caoutchouc) qui, une fois exporté, participe à la fabrication de pneus de marque MICHELIN mondialement connue et des semelles de souliers. Le ministre Julien Paluku Kahongya a félicité la direction de Miluna Green Center dans ses efforts de donner du sourire aux habitants de Budjala par la production des tonnes d’huile de palme, la culture du cacao et du café. Il a promis l’appui du gouvernement à travers le Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI) qui dépend de sa tutelle afin d’augmenter la capacité de production et envisager même la transformation sur place de tous ces produits agricoles industriels (latex, cacao, café et l’huile de palme). La semaine d’avant, le ministre Julien Paluku Kahongya revenait d’une mission de travail effectuée en Russie dans cette perspective d’attirer des investisseurs étrangers en RDC.

Dès son retour à Kinshasa, l’infatigable ministre national de l’Industrie a, avec son collègue du Commerce extérieur Jean-Lucien Busa et la Fédération des Entreprises du Congo (FEC) réunie autour de leur président Albert Yuma, interagi sur les opportunités de l’industrialisation de l’Afrique à travers la Zone de libre échange continentale africaine (ZLECA).

Phénoménal le travail qu’abat le ministre de l’Industrie. En effet, Julien Paluku Kahongya, à la manière et appliquant la parabole de talent qu’enseigne la Bible, a toujours su saisir des opportunités partout où il passe pour créer et imprimer sa marque. Genre de personne qui ne se plaint que rarement, pragmatique douée d’une intelligence pratique remarquable, Julien Paluku Kahongya, parce qu’il croit en ses capacités d’innover dans divers domaines de la vie, est un travailleur infatigable. Il s’y adonne avec joie pour affronter des défis et donner de l’espoir. Il sait utiliser ses talents et ses atouts pour explorer des ouvertures. Aussitôt nommé au ministère national de l’Industrie (que de mauvaises langues considéraient comme un poste de vernissage), Julien Paluku Kahongya a su capitaliser toutes les énergies passées et présentes afin de booster ce secteur clé de la vie nationale. Dans les provinces, ce territorial qui a gravi tous les échelons comme dans les grandes capitales du monde, Julien Paluku Kahongya se sent à l’aise et agit. Comme un défi et un baromètre, le ministre Julien Paluku Kahongya le rappelle régulièrement : En 1960, notre pays comptait près de 10 mille entreprises contre 500 aujourd’hui. C’est dire que le travail comme le défi à relever est immense et appelle la conjugaison des efforts et la participation de tous.

Aux âmes bien nées, nous apprend Corneille dans le Cid, la valeur n’attend pas le nombre d’années. Qui dit mieux !

Nicaise Kibel’Bel Oka

Les Coulisses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *