Interview en rapport avec les déclarations du Secrétaire général des N-U, Antonio Guterres

Interview en rapport avec les déclarations du Secrétaire général des N-U, Antonio Guterres

Question :  Nicaise Kibel’bel Oka, vous avez été le premier et presque le seul à avoir révélé la vraie identité des rebelles ADF.  Aujourd’hui, le SG des Nations-unies, contre vents et  marées, a rejoint votre thèse sur le terrorisme des ADF. Comment vous sentez vous ?

 

Nicaise Kibel’bel Oka : C’est à la fois une fierté et un défi. Fierté parce que je suis journaliste congolais, je mène des investigations dans mon pays sur un sujet que je maîtrise mieux. Un défi, pour montrer aux confrères journalistes, aux intellectuels congolais et aux professeurs d’université, bref à l’élite congolaise qu’elle doit faire confiance aux valeurs qui sont les nôtres et bannir cette idée malheureusement répandue que la vérité sur notre pays doit nécessairement venir de l’Occident, des experts et chercheurs occidentaux. Je suis un peu, toute proportion gardée, comme le « Muyembe d’Ebola » dans ce domaine.

 

Question : Pensez-vous que cette déclaration du SG des Nations-unies est une révélation ou une découverte pour la Monusco ?

NKO. : Absolument pas. La Monusco détient toutes les informations sur la vraie identité des ADF et sur leur mode opératoire. La Monusco sait très bien que ce sont des terroristes islamistes qui massacrent dans la région de Beni. Nous disposons des images où la MONUSCO  et les FARDC visitent des bastions des ADF après les avoir conquis  par les Forces armées de la RDC . Elle comme certains médias internationaux ont adopté sciemment l’appellation « rebelles ougandais » ajoutant même l’épithète « présumés » pour des raisons qui leur sont propres. Notamment celle d’entretenir le flou et la confusion autour de la nébuleuse afin d’en tirer profit.

 

Question : Pourquoi pensez-vous que la Monusco entretiendrait le flou sur l’identité des ADF ?

N.K.O. : Prenons cet exemple.  Ceux qu’on nomme ADF ont attaqué une position des casques bleus des FIB Tanzaniens le jeudi 7 décembre 2017 après que l’hélicoptère a livré les provisions vers 10 heures locales. Ils ont tué 16 Tanzaniens et sont partis avec un autre de 24 ans.  Ces terroristes connaissaient parfaitement les activités des FIB. Ils ont emporté des armes, des badges de l’ONU (ID) et des tenues de FIB tanzaniens. Les types de radio Motorola  emportés étaient paramétrés de façon à communiquer avec les FARDC lors de opérations. Ce qui signifie que depuis cette attaque, les ADF seraient capables de suivre  toutes les communications entre les FIB et FARDC.  La Monusco n’a pas voulu donner l’identité des assaillants jusqu’à ce que New York envoie un enquêteur Russe pour confirmer ce que nous avions écrit. A quoi jouait-elle ?

 

Question : S’il vous était demandé de définir l’ADF en peu de mots, comment les définiriez-vous ?

NKO. : Ceux qu’on appelle abusivement ADF sont des islamistes pour la plupart issus de la secte musulmane Tabliq d’origine indo-pakistanaise et qui, installés en Tanzanie vers les années 1940, ont migré en Ouganda avant de choisir la région de Beni comme leur terre.  Issus de différentes nationalités , ils occupent Beni dans l’espoir de créer l’Oumma (communauté des Croyants) et d’instituer la chari’a dans la région par la conversion libre et/ou forcé appelée le « jihad armé ».  Ils disent s’identifier au prophète Muhammad lors de son retrait à Médine.

 

Question : Selon le Secrétaire général des N-U, les ADF ont élargi leur champ de la Libye, du Sahel  jusqu’au Mozambique et s’y sont installés. Ils recrutent même pour Beni. En avez-vous une idée ?

N.K.O. :  Le réseau jihadiste s’étend de la RD Congo jusqu’en Afrique du Sud avec une permanence et une persistance dans les pays comme la Tanzanie, le Kenya et aujourd’hui le Mozambique. Les MTM (ADF) de Beni ont tissé des liens avec le groupe jihadiste  Ansar al-Sunnah installé au Mozambique dans la province de Cabo Delgado. Ce groupe, appelé aussi  « Shebaab » Somaliens, a fait allégeance à Al-Qaïda et à l’État islamique en Irak et en Syrie levant (ISISL).

En 2018, lors d’une fusillade à Kampala à la mosquée Usafi entre  la police ougandaise et certains islmaistes, les services ougandais ont  libéré près de 116 personnes et 36 enfants recrues ADF bien cachées à l’intérieur de la mosquée ainsi que quantité d’ armes saisies. L’imam responsable de cette mosquée Tabliq a fui au Mozambique. Il a été arrêté en 2019 au camp des islamistes de Cabo Delgado. En réalité, le Mozambique est devenu le deuxième épicentre du terrorisme après Beni.

 

Question: Tous ces groupes poursuivent-ils un même objectif? Quelle est leur base idéologique?

N.K.O.: Effectivement, ils poursuivent tous le même objectif qui est celui d’installer un Etat (islamique) en Afrique centrale fondé sur la loi islamique, la Chari’a qui doit s’appliquer au monde entier. L’idéologie des ADF/MTM se fonde sur l’unicité de Dieu qu’on retrouve dans le premier pilier de l’islam, à savoir : » il n’y a de Dieu qu’Allah. Et Muhammad est son Prophète ». Cela montre la suprematie de l’islam sur d’autres religions considérées comme des idôlatries qu’il faut combattre à tout prix.

 

Question: Le SG des N-U a déclaré que le Conseil de sécurité doit réajuster  la Monusco pour la réadapter aux impératifs du terrorisme. Qu’en pensez-vous?

N.K.O.: Le mandat de la Brigade (FIB -Résolution 2098 de mars 2013) est ainsi libellé : « la FIB est une force militaire offensive intégrée à la MONUSCO ayant pour mandat précis de neutraliser les groupes armés de l’est de la RD Congo. »

Dans ses opérations, la Brigade appuie les unités FARDC engagées en matière de Renseignements tactiques, d’héliportage, d’évacuation sanitaire, de protection des arrières en occupant les localités libérées. Force est de constater que la création d’une brigade « offensive », la dotation de la Monusco d’un mandat d’imposition de la paix et l’emploi de drones n’ont pas abouti à la neutralisation d’autres groupes armés . Bien au contraire, les groupes armés s’accroissent.

Nous le disons depuis longtemps qu’il faille revoir le déploiement de la Monusco en lui allouant des troupes aguerries et adaptées à la guerre asymétrique. Sur ce point, après un constat d’un cuisant échec, le Secrétaire général nous a rejoint. Aujourd’hui, on doit arrêter d’appeler ces terroristes de « présumés rebelles ougandais ».

 

 

Les ouvrages publiés par Nicaise Kibel’bel Oka (en forme de trilogie) en rapport avec le terrorisme en RDC

 

  1. L’avènement du jihad en RDC. Le terrorisme islamiste des ADF mal connu, Éditions Scribe, Bruxelles, 2016, 272 pages
  2. RD Congo. Les Forces armées face à la guerre non conventionnelle, Éditions Scribe, Bruxelles, 2018, 104 pages
  3. Le jihad en RD Congo. Exhortation, témoignages et vitalité des ADF/MTM, Éditions Scribe, Bruxelles, juillet 2019, 224 pages

Les Coulisses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *