Face à l’insécurité juridique, à l’humiliation et aux évictions, les Gouverneurs de provinces sollicitent l’implication du Chef de l’État.

Face à l’insécurité juridique, à l’humiliation et aux évictions, les Gouverneurs de provinces sollicitent l’implication du Chef de l’État.

Ils ont été reçus par le Chef de l’État dans le cadre des consultations le 12 novembre 2020 à Kinshasa (comme le montre cette photo) et ont dit ouvertement soutenir la démarche du Chef de l’État dans la recherche d’une véritable « Union sacrée de la nation » par une approche participative et inclusive. Les 23 Gouverneurs de provinces reçus par le Magistrat suprême ont présenté un cahier de charge costaud pour aider à la sécurisation et à la stabilisation de la RDC à partir des provinces. Les Gouverneurs de provinces, représentant individuel et personnel du Chef de l’État dans leurs entités, ont présenté au Chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi, le tableau de l’analyse de la situation politico-administrative et socio-économique des provinces et des ETD.

Certains points de cahier de Charge des Gouverneurs parvenu à notre Rédaction ont tourné autour de :– Insécurité juridique de la fonction de Gouverneur désacralisée et rendue vulnérable par des motions de défiance et/ou de censure. Les Gouverneurs de provinces ont souligné le fait qu’ils sont ballottés par n’importe quel député provincial qui en a l’intention avec pour refrain « mauvaise gestion ». Tels les cas des gouverneurs du Kwango et Maï-Ndombe. Ils sollicitent du Chef de l’État d’user de son pouvoir lui reconnu par la Constitution pour arrêter toutes ces humiliations pour une fonction qui le représente dans les provinces.

– ils ont dénoncé des évictions anarchiques et délibérées en violation flagrante du droit de défense et du principe du contradictoire pour des faits qui ne rentrent nullement dans la gestion de la province. Ce qui est arrivé aux gouverneurs de provinces comme l’Ituri, le Haut Lomami, le Kasaï Central, Maniema, Tsopo, Kongo central et Sankuru.

Des expéditions chaotiques des affaires courantes par des vice-gouverneurs faisant l’intérim des titulaires en violation des dispositions pertinentes de loi portant Principes fondateurs relatifs à la libre administration des provinces (art. 23, 31 et 41).

Vide juridique créé par ces actes notamment pour dépassement de délai légal d’expédition des affaires courantes d’un mois. Les provinces du Kasaï central, Kwango et Maï-Ndombe ont vu leurs gouverneurs faire plus de 3 mois éloignés de la gestion de leurs provinces dans cette situation inconfortable de vide juridique et de violation de la loi.

Les Gouverneurs de provinces ont souligné aussi des cas de catastrophes naturelles et autres calamités auxquelles les provinces font face et ne peuvent intervenir sans l’appui du gouvernement central. Ils ont aussi souligné des cas d’insécurité dans certaines provinces : l’Ituri, le Maniema, le Nord-Kivu, le Sud-Kivu et le Tanganyika. Ces provinces sont confrontées à la nuisance et à l’activisme des groupes armés nationaux et étrangers.

Enfin, les Gouverneurs de provinces ont relevé la précarité indescriptible qui caractérise leur gestion quotidienne. Cette précarité est due à :

– Retard de 15 mois de paiement de rétrocession et de 9 mois des frais de fonctionnement. Les frais de fonctionnement sont payés au compte-gouttes (7 mois/12 en 2019 et 2 mois/12 en 2020), la suspension des recettes de provinces pendant 3 mois à cause de la pandémie à Coronavirus.

-FONER qui ne rétrocède pas les 40 % sur les recettes provinciales, alors qu’il favorise les exonérations. Ce qui a pour conséquence le manque à gagner et le délabrement des infrastructures routières. En fin les gouverneurs de provinces réclament la mise en application opérationnelle de la Caisse nationale de Péréquation qui est jetée dans les oubliettes et sollicitent du Magistrat suprême et Commandant suprême des FARDC et de la PNC la réhabilitation de la Conférence des Gouverneurs, haut lieu de réflexion et de partage d’expérience de la gestion du pays qui permet de palper du doigt les réalités effectives de la nation par la base. Cette rencontre ne se tient plus depuis que Félix-Antoine Tshisekedi a accédé à la magistrature suprême. Le cahier de charge présenté au Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi a été signé par 23 Gouverneurs de provinces de la RDC.

Prochainement. Les solutions proposées au Chef de l’État par les Gouverneurs de provinces.

Nicaise Kibel’Bel Oka

Les Coulisses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *