De l’ADF à MTM, col. Ezra Mufaya (3308 Rgt), première victime.

De l’ADF à MTM, col. Ezra Mufaya (3308 Rgt), première victime.

11ème partie.

(Okapi Hôtel. Nyonyi B, maire de Beni et Nicaise accueillent le gén. Mbangu pour le vernissage du livre du journaliste. Archives Les Coulisses ).

Dans leur mutation idéologique, ADF (appellation qui n’a aucune connotation idéologique), devient MTM pour répondre aux objectifs du jihad et pour recevoir de l’aide de l’État islamique. ADF était à consonance païenne (kafri). Ce qui est contraire au jihad. Cela coïncide avec le changement de tenue des FARDC arborant désormais la tenue verte. Dans sa nouvelle appellation et appuyés par des instructeurs étrangers, MTM frappe fort. C’est l’unité infanterie du colonel Ezra Mufaya Ebenda, Commandant 1er Bataillon 3308 Régiment infanterie qui occupe le campement Parking qui est choisie pour première cible. Ce 12 août 2018, profitant de la relative accalmie, les FARDC jouent au volley-ball au terrain de fortune qu’ils ont aménagé. Du coup, les communications sont brouillées et surgit un groupe d’hommes habillés en nouvelle tenue FARDC faisant croire qu’ils viennent leur apporter du renfort et des vivres. Le temps de se raviser, l’ennemi tire sur eux. C’est la débandade totale du côté FARDC. Le colonel Ezra Mufaya tient à sauver l’arme d’appui (12.7), trop tard. Il est criblé des balles et meurt sur le champ. MTM achève la besogne et sabote tout le matériel. Il plante pour la première fois le drapeau noir avec griffe MTM avec un message en arabe et tourne la première vidéo où on reconnaît les corps des soldats FARDC dont celui du commandant tué. Il insuffle un nouveau souffle aux ADF devenus MTM. M comme Madina, T comme Tauheed, M comme Muwahedeen : Madina at Tauheed Wal Mawahedeen. Un soir, pendant 4 heures (soit de 18 heures à 22 heures), le journaliste Nicaise Kibel’Bel Oka, qui avait dans ses notes cette appellation, partage avec le général Marcel Mbangu pour mieux cerner la signification de cette nouvelle appellation. La traduction littérale est simple : Madina, la cité des Moujahidin, c’est-à-dire des combattants de la guerre sainte. Les deux vont fouiller partout, interroger internet et des dictionnaires sans trouver mieux que cette traduction. Le général Marcel Mbangu avait sur lui la vidéo où on pouvait reconnaître le corps de l’officier abattu et l’arme perdue. Cette découverte renforça notre conviction à deux de la mutation idéologique des ADF et de la dimension nouvelle que prenait la guerre. L’ennemi venait d’être renforcé idéologiquement et en logistique. Pour en avoir le cœur net, Nicaise Kibel’Bel Oka consulte un imam théologien islamique de l’école du wahhabisme qui avait fait des études en Arabie saoudite. Le Prophète ayant fui à Medine monta une armée pour combattre la Mecque avec ses 360 dieux. Il faut recommencer la geste du Prophète et de grandes batailles contre les nouveaux Qoraich, la tribu « impie » de la Mecque qui combattit Mohammad et qu’il finit pat vaincre. L’objectif du Prophète et du jihad fut de restaurer l’unicité de Dieu. Madina at Tauheed Wal Muwahedeen (MTM) est tiré du 1er de 5 piliers de l’islam qui prône l’Unicité de Dieu, proclamée par les témoignages (Shahada)  : La illah il Allah- Mohammad rasoul Allah : Il n’y a de Dieu qu’Allah et Mohammad est son Prophète.»

Comme on peut le constater, on est loin des rebelles ougandais contre qui les FARDC se battent. La mutation s’est opérée après l’arrestation de Jamil Mukulu. Pour percer le mystère MTM, il faut nécessairement avoir quelques connaissances de notions du jihad tel qu’enseigné dans le maquis. A travers 10 articles, nous avons tenu à donner l’opportunité à ceux qui n’avaient pas lu notre livre et voulu replonger le lecteur dans le contenu de premier ouvrage sur la nébuleuse : « L’avènement du jihad en RDC. Un terrorisme islamiste des ADF mal connu » paru aux Éditions Scribe/Bruxelles en 2016. Notre conviction reste la même : ceux qui massacrent la population à Beni, que les FARDC et la MONUSCO combattent sont des terroristes jihadistes. Comme dans toute guerre asymétrique, ils bénéficient de la collaboration de certains fils égarés dans la communauté locale. Cette collaboration est multi-sectorielle se manifestant surtout dans l’intox, la démobilisation, la démoralisation, la désinformation, la perfidie et la ruse. Le dire ainsi et le prouver n’est pas synonyme d’être contre qui que ce soit ou une communauté ethnique. Les réactions enregistrées ont montré que le sujet intéresse davantage le public. Enfin, le travail du journaliste ne consiste pas à chercher à avoir raison plutôt à présenter au public les faits soumis à une rigueur et une objectivité défendable et vérifiable. Le général Mbangu et le journaliste Nicaise partis de Beni, de moins en moins on parle de MTM. Nous voulons dire à nos lecteurs et surtout au Gouvernement congolais que MTM est une réalité qu’il faut combattre sans complaisance. Le Ruwenzori/Beni fait partie de IS-CAP (la province Afrique centrale de l’État islamique comprenant le Mozambique, la Tanzanie, le Kenya et la Somalie). Seule une collaboration Population- FARDC reste la solution. Cette collaboration souffre des ambiguïtés de discours tenus par certains élus et notables du Grand Nord. Seule une approche systémique peut amener à une paralysie stratégique de l’ennemi. Il faut relancer la Justice militaire.

Bonne et heureuse année 2021.

Nicaise Kibel’Bel Oka

Prix africain 2009 de la Liberté de la Presse décerné par CNN.

Proclamé parmi les 100 Héros de l’information au monde en 2014 par RSF.

Les Coulisses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *