Attention Fatshi: Le peuple d’abord!

Attention Fatshi: Le peuple d’abord!

Depuis le 6 décembre 2020, la RDC est entrée dans le tourbillon socio-politique, « le mangengenge » politique. L’enjeu se joue au sein de l’Assemblée nationale. Étonnant quand même que l’on nous fasse voir que, tels des extraterrestres, (nos) députés ne voient ni ne vivent le blocage dont ils sont eux mêmes acteurs passifs et actifs. Étonnant qu’il faille des consultations pour les secouer, les réveiller de leur léthargie cataleptique. C’est dire qu’ils sont coupés des réalités de la base dont ils se targuent de représenter.

La demande du Chef de l’État doit, au-delà de toute interpellation légitime, énerver les bonnes consciences. En ce qu’elle pose le problème de la personnalité du député congolais, de l’intellectuel de la RDC. Parce que la personne, sujet pensant mais aussi voyant/observant, doit être une homme, une femme de la réflexion, de la volonté et de la liberté.

Ils pourront, ils pourraient basculer dans une nouvelle majorité, fuyant comme une peste, Kingakati et se disant être libérés de leur « autorité morale » d’hier. Mais il y a lieu de s’interroger sur l’être congolais, c’est-à-dire se demander comment l’homme (les hommes et les femmes qu’ils sont) se situe par rapport à lui-même.

A qui la faute ? A celui qui s’est laissé berner ou au peuple qui chante et danse pour eux quand ils se rendent en provinces ? Les peuples ont des dirigeants qu’ils méritent, dit-on. Étonnant aussi que Joseph Kabila qui cherchait 15 personnes se soit entouré, quand il perd le pouvoir, d’une multitude de gens qui ont fait de lui un vaincu lui compliquant davantage la tâche et continuant à lui pourrir la vie.

Attention Fatshi !

Ce sont les mêmes, multipliant des stratagèmes dès qu’ils reniflent l’odeur de l’argent et du pouvoir qui en procure. Car, ils le disent, toute honte bue, que la politique est dynamique et que le droit est statique, tout en criant au respect de la Constitution et vous accusant de la violer.

On ne fait pas une alliance avec des versatiles. L’action exige une constance et une continuité.

Mzee Laurent-Désiré Kabila avait laissé un héritage à tous ceux qui se réclamaient de lui : « Ne jamais trahir le Congo. » L’ont-ils respecté ?

Attention Fatshi : Le peuple d’abord !

Ces gens-là, cette majorité qui va former l’Union sacrée de la nation, risquent de vous dérober le seul héritage vous léguer par ya Tshitshi, l’homme que nous désignions au journal Umoja pour l’égratigner : « le gamin de Mupompa », à savoir : « Le peuple d’abord. » Les combattants de l’UDPS l’ont exprimé vous le rappelant le jour de votre prestation du serment : « Fatshi, papa alobaki : Le peule d’abord. » Ne l’oubliez jamais. Par respect à la mémoire Étienne Tshisekedi et de tous ceux, jeunes et vieux, qui sont morts pour l’avènement de la démocratie et du progrès social.

En juillet 2001, à la fin de l’interview qu’il a accordée au 1er journaliste congolais que je suis, en présence de l’ambassadeur Kikaya bin Karubi, le journaliste lui prodigua un conseil : « Monsieur le Président, si vous osez nouer une alliance avec les hommes politiques congolais notamment ceux qui sont des rebelles, vous allez échouer. » Joseph Kabila réagit directement : « Non, monsieur Nicaise, je vous le promets : mon alliance, je la ferai avec le peuple. » Tout ce que je sais est qu’il n’a plus reçu ce journaliste depuis cette date et qu’il doit regretter de n’avoir pas tenu sa promesse.

Attention Fatshi : Le peuple d’abord !

Un conseil est toujours gratuit. Le peuple d’abord, vous ne le réaliserez pas avec les mêmes personnes qui ne parlent ni des massacres de Beni, ni de la situation des militaires dans différents fronts notamment à l’est du pays moins encore de celle de valeureux enseignants congolais. Vous ne le réaliserez jamais avec ceux qui ont phagocyté l’avenir de ce pays, ceux qui sont dans la corruption et les complots, dans des détournements des fonds, ni avec ceux qui ont livré le Congo à la merci des charognards en vue de le… balkaniser.

Nicaise Kibelbel Oka

Les Coulisses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *