Après le gén. Mbangu, le gén. Chicko et la FIB découvrent des bunkers de MTM à Mapobu.

Après le gén. Mbangu, le gén. Chicko et la FIB découvrent des bunkers de MTM à Mapobu.

13ème partie

(Le gén. Chicko visite des bunkers de Mapobu. Lors de cette visite, l’hélico/MOUNSCO qui les avait transportés avait essuyé des balles de MTM)

La prise de Garlic avec ses 13 bunkers par les éléments du général Mbangu fut un événement très capital dans la guerre contre le terrorisme islamiste dans la région de Beni. Malheureusement, cette victoire a été occultée par les tueries de Rwangoma. Cette victoire fut passée dans les pertes et profits selon les deux tendances qui alimentent la guerre de Beni, à s avoir celle qui nie l’existence du terrorisme islamiste appuyée par les Nations-unies et celle qui soutient cette thèse des ADF qui sont des islamistes jihadistes. Une opportunité que les Congolais notamment ceux de Beni n’ont pas saisie. Du 12 novembre au 2 décembre 2019, des combats d’une rare violence opposent les FARDC appuyées par la FIB contre les MTM appuyés par les maï-maï. Autour de Mapobu. Mapobu est une position stratégique ayant été conquise à l’époque du duo Bauma-Mundos, puis perdue par les FARDC. Cette position stratégique joue multiples rôles. Zone environnante de la chute de la rivière Riva, elle permet d’observer la vallée de Mutara jusqu’à Madina. Elle permet aussi de contrôler la route Nationale (RN4) avec des incursions dans les agglomérations entre Beni et Eringeti. Ce qui permet au MTM et aux maï-maï d’embusquer les véhicules et motos en partance de Bunia ou sur leur chemin de retour. Les unités, sous le commandement du général Chicko Tshitambue, constituées de 2 bataillons de la 32ème Brigade Commando (RR), de 2 bataillons du Régiment 1303 et d’un bataillon du 2103 Régiment vont livrer une bataille incroyable et (in)épuisable face au MTM. Ilsvont faire face à des attaques et contre attaques de MTM faisant venir du renfort de Madina pour ne pas perdre cette position stratégique. La conquête et la victoire sur Mapobu après 20 jours de combat ont permis la découverte d’un centre d’entraînement des jihadistes, une grande mosquée, un dépôt de cacao, un centre de santé et autres effets militaires. C’est à Mapobu qu’avait été tué le commandant Nasser Abdu Hamid alias Kikute. Une chose à souligner. Les terroristes MTM depuis qu’ils étaient désignés sous le nom des ADF/NALU sont dans le commerce du café, du bois et du cacao. Ils doivent avoir des clients et des courtiers qui achètent leur produit ou celui des villageois pillé dans les champs. Pourquoi ne les dénonce-t-on pas ?

Au même moment que les FARDC combattaient les jihadistes de MTM dans cette zone, les maï-maï multipliaient des attaques dans la partie ouest de la RN4 avec pour seul objectif de distraire et déstabiliser les forces loyalistes au front afin de ne pas déloger le MTM. L’offensive des FARDC sous le général Marcel Mbangu avait été menée à GARLIC (Kambi ya miba) au mois d’août 2016 avec l’appui de la FIB/MONUSCO comme l »avait montré la photo que nous avions publiée sur laquelle on voyait le général Marcel Mbangu avec les officiers tanzaniens de la FIB visiter les bunkers récupérés. Cette forêt du PNVi/nord est parsemée de bunkers (en tout cas n’ayant pas été construits pat les FARDC). L’offensive de 20 jours menée par les unités du général Chicko Tshitambue en 2019 avait reçu l’appui de la force FIB/MONUSCO. Je m’interroge alors. Comment expliquer que les Nations-unies depuis New York ne reconnaissent pas le terrorisme islamiste de MTM ? Ne voient-ils pas le butin constitué des effets islamistes à la prise des campements MTM ? Tous les commandants FARDC au front Sukola I reconnaissent avoir bénéficié de l’appui de la FIB/MONUSCO. Ce qui n’est pas le cas de la MONUSCO elle-même qui, dans ses rapports, ne le reconnaît pas sinon du bout des lèvres. Existe-il DEUX MONUSCO au front Sukola I, celle de la FIB et celle d’autres contingents ? Lorsque nous avions interrogé le général Chicko Tshitambue à l’époque sur les relations FARDC-FIB, il nous avait déclaré : « Nous avons bénéficié d’un appui sincère de la MONUSCO en évacuation des blessés, morts et transport des troupes, dans la recherche d’information par drone, dans l’appui feu ». Pourquoi les experts des Nations-unies tardent à reconnaître le terrorisme jihadiste de MTM alors que le Secrétaire général de l’ONU, de passage en RDC, l’a fait sans y mettre des gants ? Agenda caché ?

D’autre part, il faut sincèrement s’interroger sur le rôle de certains politiciens du Grand Nord et sur celui attribué aux milices locales appelées « patriotes » maï-maï dans cette guerre qui a fait tant de morts, de blessés et de désolation au sein de la population et dans le rang des FARDC et de la FIB. S’interroger sur ces faits qui participent à la guerre asymétrique n’est pas un péché pour être haï, injurié sur la place publique mais devrait conduire à lire autrement cette guerre contre le terrorisme islamiste de MTM et l’appui dont il bénéficie de la part d’une certaine couche de la population.

Comme avec les autres commandants qui l’ont précédé, le général Chicko Tshitambue sera à son tour diabolisé par le réseau intoxicant qui soutenait les maï-maï d’Oïcha. Tout a été mis en contribution pour obtenir son départ. Dans quels objectifs ?

Nicaise Kibel’Bel Oka

Les Coulisses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *